Historique

1. Rétroactes
2. Rôle
3. Composition
4. Budget annuel
5. Conclusion

haut de la page/top of page



1. Rétroactes

  • Le 7 avril 1990-Louvain-la-Neuve-Etats généraux de la Coopération au développement organisés par le Centre national de la coopération au développement (CNCD).

  • Le 23 février 2002- Gembloux - 3èmes Assises de la Coopération au Développement organisées par le CNCD. La nécessité de créer un conseil de la Coopération Wallonie-Bruxelles est exprimée par les participants des Assises.
    Les négociations entre la Région wallonne (initiatrice), la Communauté française, la Communauté germanophone et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale sont lancées.

  • Le 1er juillet 2002 – signature de l’Accord de coopération de création du CWBCI.
    Afin d’apporter un suivi rapide aux Assises de la Coopération, un Groupe de travail préparatoire à l’installation du CWBCI siège dès juillet 2002 (examen notamment d’une proposition de listes doubles et d’un projet de règlement d’ordre intérieur ; implication ex ante des différentes catégories de membres dans un processus de sélection des projets de coopération dans le cadre du développement durable 2002-2004,…)
    Entre le 18 juillet 2002 et le 14 mars 2004, soit avant la signature institutionnelle de l’Accord, le Groupe de travail s’est ainsi réuni six fois (les p.v. sont consultables sur « Documents du Conseil »).

Les échanges ont porté sur 3 grands thèmes de réflexion :

  • Développement du tissu associatif en Région wallonne,
  • Migrants et développement,
  • Education au développement.

Le Groupe de travail s’est aussi prononcé sur les critères des appels à projets Développement durable 2002 et 2003 et a remis des avis sur les projets recevables.

  • le 15 mars 2004 – aboutissement des différentes procédures d’assentiment et installation du CWBCI - ratification de l’Accord de coopération portant sur l’installation et le fonctionnement du CWBCI.

haut de la page/top of page



2. Rôle

"Le Conseil exerce une mission consultative auprès des Gouvernements et du Collège dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques qui relèvent des compétences des parties contractantes et qui sont développées avec ou à l’égard des pays en voie de développement. Sans préjudice des compétences fédérales en la matière, il formule, à la demande des Ministres ou d’initiative, tous avis et propositions sur la politique générale de la coopération internationale." (Article 2 de l’Accord du 19 décembre 2013).

haut de la page/top of page



3. Composition

A son installation, le Conseil était composé des 24 membres suivants, désignés directement :

  • Véronique JAMOULLE, Pascale MAQUESTIAU, Philippe STERCKX, Hassan BOUSSEITA qui ont été présentés sur liste 1 par le CNCD, Centre National de Coopération au Développement ;
  • Colette ACHEROY, Jacques BASTIN, Freddy DESTRAIT, Etienne VAN PARYS qui ont été présentés sur liste 1 par ACODEV, Fédération francophone et germanophone des associations de coopération au développement ;
  • Pierre de MARET, Michel MOLITOR, Jean MARCHAL, Anne DEVILLE qui ont été présentés sur liste 1 par le CIUF, Conseil Interuniversitaire de la Communauté française ;
  • Jean-Jacques WESTHOF et Jean-Philippe MERGEN qui ont été présentés sur liste 1 par l’Union wallonne des entreprises et par l’Union des entreprises de Bruxelles ;
  • Annick THYRE qui a été présentée sur liste 1 par la FGTB, Fédération Générale du Travail de Belgique, Pino CARLINO et Patricia BIARD qui ont été présentés sur liste 1 par la CSC, Confédération des Syndicats Chrétiens de Belgique, et Philippe VANDENABEELE, qui a été présenté sur liste 1 par la CGSLB ;
  • Isabelle COMPAGNIE et Marie-Louise BATAILLE d’une part, Jean-Michel RENIER d’autre part, qui ont été présentés respectivement sur liste 2 par l’Union des Villes et Communes de Wallonie et sur liste 1 par l’Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale ;
  • Jacqueline SOTTIAUX qui a été présentée sur liste 1 par le Conseil de l’Education et de la Formation ;
  • Denis LAMBERT qui a été présenté sur liste 1 par le RED, Réseau d’éducation en développement Nord-Sud ;
  • Gregor STANGHERLIN, qui a été présenté sur liste 1 par le « Rat für Entwicklungszusammenarbeit » de la Communauté germanophone.

Depuis 2014, le Conseil est composé de 23 membres désignés directement par leurs délégations. voir rubrique "membres".

Les délégations sont au nombre de 13 :

  1. Fédération des organisations non gouvernementales de coopération au développement (ACODEV)
  2. Académie de recherche et d’enseignement supérieur Wallonie Bruxelles – Commission de la coopération au développement (ARES-CCD)
  3. Association de la ville et des communes de la région de Bruxelles-Capitale
  4. Chambre de commerce et union des entreprises de Bruxelles – Brussels enterprises commerce and industry (BECI)
  5. Conseil de l’éducation et de la formation en Communauté française de Belgique (CEF)
  6. Centrale générale des syndicats libéraux de Belgique (CGSLB)
  7. Collège intermutualiste national (CIN)
  8. Centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11.)
  9. Confédération des syndicats chrétiens de Belgique (CSC)
  10. Fédération générale du travail de Belgique (FGTB)
  11. Rat für Entwicklungszusammenarbeit, Solidarität und Integration (RESI)
  12. Union des villes et communes de Wallonie (UVCW)
  13. Union wallonne des entreprises (UWE)

haut de la page/top of page



4. Budget annuel

Le budget annuel de fonctionnement est fixé à 135.500 €.
(62.000 € à charge de la Région wallonne ; 62.000 € à charge de la Communauté française ; 10.000 € à charge de la CoCof et 1.500 € à charge de la Communauté germanophone).

haut de la page/top of page



5. Conclusion

Le Conseil offre une opportunité de concertation, d’échanges et de réflexion d’autant plus originale et unique qu’il s’agit du seul espace réunissant l’ensemble des catégories d’acteurs de la coopération bilatérale indirecte.

11 février 2015